Publié le 3 Juillet 2014

1    La première partie était animée par Bernard Kerboeuf, breton d’origine, joueur de bombarde, instrument qu’il maîtrise à la perfection associé à Sébastien Gion, berrichon, excellent organiste.

La seconde partie fût consacrée à « la confrérie de St Julien des Ménétriers » dirigée par Gérard Guillaume (apatride berrichon), instrumentiste, autodidacte, aussi talentueux qu’enthousiaste.

La confrérie de St Julien des Ménétriers poursuit à l’image de ses grands ancêtres, «l’ensemble rassemble des chanteuses et chanteurs traditionnels pour qui, quelles que soient leurs convictions, jouer dans une église, à un sens ».

 

    Un bel après midi et une assemblée conquise dès les premières notes de musique. Avec l’alliance inédite de l’orgue et de la bombarde, le frisson envahit la nef. La bombarde, pourtant de petite taille, rivalise avec l’orgue en intensité et couleurs sonores. Les instruments se répondent, se cherchent, improvisent, créent l’harmonie.

 

    Les Ménétriers ont célébré la beauté de la vie et servi la musique et l’art avec humilité.

Par une multitude de chants : « Bourrées de Chopin, Les marins de Groix, Boutons nos habits les plus biaux, Amazing Grace, Deux Noëls des Granvalliers,… », ils ont fait naître un bonheur d’émouvantes vibrations récompensés par un tonnerre d’applaudissements. C’est le salaire du groupe, la consécration de la musique par un pur moment de partage.

 

    Des photos de Bernard Caullier et un article de Françoise Thomas paru le 28 juin dans le « Le Berry républicain » complètent ce bel après-midi.

 

Les Photos de cette journée sont disponible dans les album ou en cliquant sur la photographie de l'article.

Voir les commentaires

Rédigé par Julien

Publié dans #Les actions de l'Association

Repost0